Andro Wekua

Untitled, 2010–2011

© Collection FRAC Nord-Pas de Calais, Dunkerque, © D.R

Mannequin de cire et structure aluminium et bois

118 × 83 × 57 cm  (statue)

Français

TUBOLOGIE — NOS VIES DANS LES TUBES


Commissaires : KVM — Ju Hyun Lee & Ludovic Burel

21.04.18 – 30.12.18

Vernissage le samedi 21 avril à 18h30


 

Avec : Archizoom, Ralph Ball & Maxine Naylor, Yto Barrada, Walead Beshty, Bless, Dirk Braeckman, Henri Cartier-Bresson, Achille & Pier Giacomo Castiglioni, Joe Colombo, Nicolas Deshayes, Sam Durant, Charles Eames, Didier Faustino, Peter Friedl, Georg Gatsas, Piero Gatti & Cesare Paolini & Franco Teodoro, Piero Gilardi, Konstantin Grcic, Ann Veronica Janssens, Hella Jongerius, Hannu Kähönen, Scott King, Josef Koudelka, La Monte Young & Marian Zazeela, Frédéric Le Junter, Émilien Leroy, O. Winston Link, Matthew McCaslin, Allan McCollum, Jasper Morrison, Olivier Mourgue, Marc Newson, Verner Panton, Gaetano Pesce, Géry Petit, Mathias Poledna, Bertjan Pot & Marcel Wanders, Terry Riley, Ugo Rondinone, Denis Santachiara, Bruno Serralongue, Taryn Simon, Meredith Sparks, Robert Stadler, Dennis Stock, Mika Tajima, Rosemarie Trockel, Michel Vanden Eeckhoudt, Maarten Van Severen, Barbara Visser, Rémy Zaugg

 

Les tubes sont partout ! En nous : nous sommes faits de tubes : tubes auditifs, tubes digestifs, tubes bronchiques, etc. Et autour de nous : dans les Hauts-de-France, difficile de ne pas penser aux cheminées d’usines qui se déploient aujourd’hui encore sur tout le littoral…

 

Hors de nous, ce sont aussi ces tuyaux et câbles post-industriels qui nous permettent de nous brancher , de nous « coupler » les uns aux autres pour, potentiellement, augmenter notre capacité d’action à distance grâce à Internet (on pense notamment au site de visionnage de vidéos en ligne YouTube).

 

Un problème de gestion des tubes se pose. Historiquement nous sommes passés d’une structure industrielle d’organisation du travail, principalement verticale, à un système post-industriel, plus transversal. Les tubes ont muté en câbles, plus flexibles, puis en Wi-Fi, plus incorporel et dématérialisé. Des phénomènes de surchauffe, de pollutions mentales (burn out) aussi bien qu’environnementales (réchauffement climatique) touchent aujourd’hui ces deux modèles industriel et post-industriel de production de la valeur.

 

Quels nouveaux types de gestion collective des ressources humaines et non-humaines mettre en place pour ne pas laisser aux seules mains des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) l’organisation de « nos vies dans les tubes » ?

 

Dans L’Inséparé — essai sur un monde sans Autre, Dominique Quessada met en avant le concept d’« inséparation » pour qualifier ce « réel inséparé où tous les phénomènes devenus globalisés sont liés, en interrelation et en co-dépendance ».

 

Dans un esprit proche, Timothy Morton nous rappelle dans Hyperobjets — philosophie et écologie après la fin du monde « qu’il n’y a pas de dehors ontologique ». Qu’il est simpliste de vouloir glisser sous le tapis les questions qui dérangent : l’agriculture industrielle, la fin des énergies fossiles, les déchets nucléaires, etc. ; au même titre qu’il est irresponsable de se débarrasser de nos déchets technologiques en les expédiant dans des contrées géopolitiquement moins puissantes.

 

KVM aborde dans l’exposition la question du soin à accorder au vivant, à une bio-éthique, à travers deux dispositifs de tubulaires piments et tubercules spécialement plantés pour Tubologie par des jardiniers, maraîchers et botanistes de Dunkerque et des environs (Grande-Synthe, Leffrinckoucke, Téteghem, Audruicq, etc.).

 

Fondée sur une approche critique, l’exposition Tubologie — Nos vies dans les tubes propose une lecture inédite des œuvres de la collection du Frac Grand Large, des années 1960 à nos jours, et s’interroge sur les conditions d’un art et d’un design pertinents pour une société en mutation accélérée.

 

 


 

 

Exposition présentée avec le soutien de :

 

Partenaires culturels : la Halle aux sucres — Learning Center Ville Durable, le Château Coquelle

 

Partenaires entreprises : Entrepose Échafaudages, Culture Indoor, Komat, SobagFrance, Klasmann Deilmann

 

Partenaires verts : Kokopelli, la Ferme Sainte Marthe, les Résidences fleuries, les Ateliers du Littoral Dunkerquois (ALD), les Jardins de Cocagne (AFEJI), le Jardin Passion de l’Yser, le Potager de l’Yser,
les Anges gardins, la Fabrique verte…

 

Remerciements : Keren Detton et toute l’équipe du Frac Grand Large, Paul Leroux, Marnix Bonnicke, Delphine Le Vergos & Samuel Lequette, Jean-Claude Bruneel, Bernard Dupont, Jean Christophe Lipovac, Yves Caestecker, Christian Cappelaere, Frédéric Guyot, Julien Marien, Lorène Caussart, Rémy Christiaen, Jean-Bernard Schoonheere, Sandrine Chassaing, Stéphane Caillet, Vincent Cleenewerck, Christophe Eblagon, Tom Sauvage, Traugott Schneider, Fabien Pinaroli, Alice Vergara.

 

 


 

LA SAISON FRAC/LAAC

 

Le 21 avril 2018, le Frac Grand Large — Hauts-de-France et le Lieu d’Art et Action Contemporaine de Dunkerque vous invitent à l’ouverture d’une nouvelle saison FRAC/LAAC.

 

Ce temps fort manifeste une forte collaboration autour de projets d’art contemporain en cohérence avec l’harmonisation de l’accueil du public sur les deux lieux, comme la gratuité des dimanches, des tarifs ou les Pass annuels communs depuis le 1er janvier 2018.

 

Deux expositions ouvriront leurs portes le 21 avril

autour du thème du travail :

  • « Tubologie — Nos vies dans les tubes » au FRAC :
    21 avril — 30 décembre 2018
  • « Enchanté » au LAAC : 21 avril — 26 août 2018

Download the press release in english 


Télécharger le communiqué de presse