Andro Wekua

Untitled, 2010–2011

© Collection FRAC Nord-Pas de Calais, Dunkerque, © D.R

Mannequin de cire et structure aluminium et bois

118 × 83 × 57 cm  (statue)

Français

Regain

Emma Perrochon, Ritournelle (au repos), 2016. Étoupes de lin tressées.


Exposition d'Emma Perrochon

03.02.16 – 02.05.16, du mercredi au dimanche de 12h à 18h

vendredi 5 février à 18h30

Espace Vitrine du Frac/AP2


Dans le cadre du programme de résidence AiR, Emma Perrochon a été invitée en résidence durant un mois au centre d’art La Brasserie à Foncquevillers (62) afin d’y développer ses recherches. Ce fut l’occasion pour elle de découvrir la région, tout particulièrement son territoire rural.

Cette retraite du côté des terre d’Artois l’a amené, derencontres en rencontres, à s’intéresser aux agricultures locales et aux savoir- faire qui s’y rapportent. C’est vers le lin et ses multiples usages que l’artiste s’est tournée : intéressée par l’ancienneté de cette culture ainsi que par le large panel de ses produits dérivés, elle y a trouvé matière à produire un ensemble de sculptures. l’exposition Regain en résulte : empruntant le chemin des réminiscences d’antan, elle nous invite à repenser notre relation au temps, celui des saisons, du labeur, du repos.

Emma Perrochon (née en 1987 à Auxerre) Vit et travaille près de Strasbourg

Après un cursus en école supérieure d’art (ENSA dijon), elle prolonge ses recherches en sculpture, et tout particulièrement en céramique, en suivant la formation post-grade du CERCCO à la HEAD de genève. Sa pratique se nourrit des nombreux voyages qu’elle entreprend dans des territoires reculés, que se soit dans le monde (Vietnam, Canada, suède, Finlande…) ou «loin du monde» (campagnes de France où s’activent de nombreux acteurs du milieu artistique). Ce nomadisme est l’occasion de riches rencontres humaines, qui donnent bien souvent suite à de nouvelles collaborations. elle mène également, avec Frédéric Sanchez, de multiples projets sous la forme d’expositions, de voyages et de fanzines (projet l’éclair www.l-eclair. fr).

 

Elle développe son travail de sculpture en détournant des techniques ou des objets issus de l’artisanat. Ses travaux peuvent à la fois être perçus comme ayant une fonction décorative ou utilitaire (bibelots, contenants, socles) tout comme appartenant au champ spécifique de l’art contemporain, en considérant leur capacité à en refléter les codes. Elle interroge ainsi avec amusement les supposées frontières entre différents domaines du faire humain (art, artisanat, design).